Un coup d’œil aux panneaux imprimés

Rue d’une petite ville

Le centre-ville de Sherbrooke et des collines aux splendides coloris automnaux.

Lors de son dernier voyage à Sherbrooke, notre équipe avait pu jeter un coup d’œil aux premiers prototypes réalisés à l’aide des méthodes d’impression proposées pour notre exposition à venir, La gravure : un art à découvrir. Ces échantillons d’une ou deux lettres nous avaient déjà donné un bon avant-goût du résultat final. Cette fois-ci, nous avons pu admirer l’ensemble des textes, imprimés directement sur des panneaux de bois d’une hauteur de près de deux mètres et demi, et c’était tout simplement fantastique. En recourant à un procédé novateur, le personnel du centre de production d’expositions du Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke est parvenu à des résultats vraiment impressionnants.

Atelier et panneaux de bois

Les présentoirs sont prêts : il ne manque plus que les artéfacts.

Base de table en bois

Pas de contreplaqué se donnant l’allure de vrai bois ici! Nos petites stations complémentaires sont faites à la main, en noyer massif, matériau qui s’agence au placage des panneaux.

Texte imprimé sur du bois

L’imprimante projette l’encre directement sur la surface du panneau de bois. Nul besoin de pellicule autocollante ou d’acrylique.

Par le passé, on imprimait les inscriptions sur une pellicule adhésive, qui était ensuite collée sur les panneaux. Aujourd’hui, il est possible d’utiliser la surface même des panneaux comme support d’impression. Pour ce faire, on se sert d’une imprimante à jet d’encre, mais bien différente de celles qu’on trouve à la maison ou au bureau! Les panneaux sont disposés à plat et la tête d’impression se déplace au-dessus de ceux-ci en y projetant l’encre. Aucun risque de bourrage de papier (ou de contreplaqué!), donc. Un processus similaire a été employé pour les panneaux de métal, qui ressemblent ainsi à des plaques gravées.

Table avec boîtier en acrylique

Des objets, comme les plaques et les outils utilisés par les graveurs, seront exposés dans ces présentoirs, qui évoquent des tables à dessin.

Plaques de métal

Un procédé similaire à celui employé pour les panneaux de bois a été utilisé pour apposer des inscriptions en noir sur des feuilles d’aluminium, qui ressemblent ainsi à des plaques d’impression.

Cubes de métal

Les artéfacts disposés dans les présentoirs en forme de tables à dessin seront numérotés à l’aide de cubes d’aluminium.

Les talentueux artisans qui fabriquent le matériel de notre exposition possèdent un grand souci de la qualité et du détail. Les panneaux de contreplaqué sont recouverts d’un élégant pli de noyer strié, tandis que la structure de soutien des présentoirs en forme de tables à dessin a été fabriquée sur mesure en noyer massif. Ces présentoirs renfermeront non seulement des artéfacts, mais aussi les écrans tactiles de nos postes interactifs ainsi que les stations de création de guillochis (Spirographe®).

Cadres de bois

Ces cadres serviront à fixer divers objets sur les grands panneaux.

Dessin technique d’une station en forme de table

Les plans du poste interactif de création de guillochis, composé de trois roulettes de Spirographe® offrant différents choix de motifs spiralés. Bien du plaisir en perspective!

Dessin technique d’une cabine photographique

Un schéma de notre cabine photographique, qui permettra de créer un billet ou un timbre personnalisé.

Notre cabine photographique commence finalement à prendre forme. Les visiteurs pourront s’y asseoir pour se faire tirer le portrait, puis leur photo subira un traitement qui lui donnera l’aspect d’une gravure. Ils choisiront ensuite un arrière-plan, une bordure, une valeur ainsi qu’un nom de banque et de pays (le Mordor ou la Principauté de Jean-Guy, par exemple) afin de créer un billet ou un timbre personnalisé. Enfin, les graveurs en herbe pourront s’envoyer leur chef-d’œuvre par courriel. Ce sera vraiment amusant et nous avons très hâte de vous montrer notre exposition dans sa forme définitive… lors de notre prochaine aventure!