Dora de Pédery-Hunt, artiste sculpteure

gros plan d’un modèle de pièce en plâtre

La signature de Dora de Pédery-Hunt ne figure sur aucune pièce, mais vous pouvez voir ses initiales sur l’épaule de la Reine.

modèle de pièce en plâtre

Reproduction en plâtre du modèle ayant servi à la frappe des pièces; édition limitée 021/275. (NCC 2009.020.003)

Sans le savoir, vous possédez sans doute déjà plusieurs exemplaires de l’œuvre de Dora de Pédery-Hunt. Vous en avez même probablement utilisés pour payer votre café du matin. Dora de Pédery-Hunt est la première artiste canadienne à avoir réalisé et sculpté un portrait de la Reine Elizabeth II destiné à orner des pièces de monnaie canadiennes. Elle est aussi la première personne autre qu’un citoyen britannique à qui l’on a confié la réalisation d’une image officielle de la Reine à cette fin.

Lorsque Dora a appris que la Monnaie royale canadienne avait sélectionné son œuvre, elle s’est lancée dans la réalisation minutieuse d’un modèle en argile. Le moindre détail du motif avait une grande importance, car la profondeur du relief devait convenir à la production de pièces de monnaie. Un modèle en plâtre a ensuite été réalisé à partir de celui en argile. C’est sur ce modèle en plâtre que des améliorations supplémentaires ont pu être apportées. À ce stade, toute erreur pouvait être facilement corrigée en ajoutant du plâtre. Ce modèle a généralement une taille plusieurs fois supérieure à celle de la future pièce, ce qui permet de bien reproduire tous les petits détails.

 

 

 

 

motif de pièce sculpté dans l’argile

Il faut environ trois semaines aux sculpteurs et aux graveurs pour terminer un modèle en argile. (NCC 2009.020.001)

modèle de pièce en plâtre

Ce modèle en plâtre est environ 14 fois plus grand qu’une pièce de 25 cents. (NCC 2009.020.002)

À l’époque, il y avait beaucoup d’étapes entre la conception du modèle en plâtre et la production des pièces. Aujourd’hui, le processus s’est nettement perfectionné. On procède maintenant à une numérisation 3D du modèle en plâtre. Toutes les retouches ou améliorations finales peuvent donc être effectuées numériquement. Guidée par cette version numérique, une machine à graver taille le motif dans un morceau d’acier de la même taille que la future pièce. Connu sous le nom de poinçon de réduction, ce morceau d’acier est ensuite utilisé pour fabriquer les coins servant à frapper la monnaie. La pression énorme utilisée pour frapper les pièces use les coins, de sorte que la Monnaie utilise périodiquement le poinçon pour en créer de nouveaux.

coin : cylindre en métal

En 1999, la Monnaie royale canadienne a ajouté la lettre « P » sous le portrait de ce poinçon pour signaler un changement dans la composition des pièces : le nickel a été remplacé par de l’acier plaqué multicouche. (NCC 2010.058.006)

pièces de monnaie

Sélection de pièces de la Collection nationale de monnaies ornées du portrait de la Reine Elizabeth II réalisé par Dora de Pédery-Hunt. (NCC 1993.022.080–085; 1996.031.041)

médailles exposées en vitrine

Pour son congrès de 2018, la Fédération internationale de la médaille d’art a choisi pour thème « la Femme » ou « les femmes dans le domaine des sciences naturelles ». Nous sommes fiers de présenter les œuvres de Dora de Pédery-Hunt.

Ce portrait figure sur toutes les pièces de monnaie canadiennes mises en circulation de 1990 à 2003.

À la fin du mois de mai, le Musée a organisé une réception pour les participants du 35e congrès de la Fédération internationale de la médaille d’art. À cette occasion, nous avons monté une petite exposition dans la vitrine de la galerie 1 du Musée, consacrée aux œuvres à l’origine des pièces et médailles. Les créations des artistes canadiens R. Tait McKenzie, Emanuel Hahn et, bien entendu, Dora de Pédery-Hunt y seront présentées jusqu’au 25 novembre 2018.