À qui reviendra cet honneur? C’est à nous de choisir.

gazouillis du premier ministre du Canada

Les gazouillis à ce sujet semblent intarissables.

Lors de la dernière Journée internationale de la femme, le premier ministre Justin Trudeau et le ministre des Finances Bill Morneau ont annoncé que la Banque du Canada émettra, en 2018, un billet de banque sur lequel figurera une Canadienne emblématique du pays. Le plus beau, c’est que nous avons tous notre mot à dire pour déterminer à qui reviendra cet honneur. Les Canadiens ont été invités à proposer le nom d’une femme qui sera représentée sur le premier billet de la prochaine série.

En fait, plusieurs femmes ont vu leur portrait orner les billets de banque fédéraux canadiens depuis la Confédération, mais aucune d’elles n’était Canadienne ou, pour ainsi dire, une femme du peuple. La comtesse de Dufferin, la princesse Patricia, la reine Marie et la reine Elizabeth (enfant et adulte) comptent parmi les femmes éminentes ayant figuré sur les anciens billets canadiens. Bien sûr, on y a aussi illustré bon nombre de figures allégoriques féminines, mais la Banque du Canada souhaite, pour la série à venir, émettre un billet à l’effigie d’une Canadienne qui fait partie de notre histoire et qui a apporté une importante contribution à notre pays. Une femme imaginaire assise sur un trône, drapée de soie et tenant des outils de jardinage, ce n’est tout simplement pas la même chose.


billet de banque sur lequel figure la reine Marie

La reine Marie, épouse du roi George V, telle que représentée sur le premier billet de 2 dollars de la Banque du Canada (série de 1935).


billet de banque à l’effigie de la princesse Marie

La princesse Marie, fille du roi George et de la reine Marie, orne le billet de 10 dollars canadiens de la série de 1935.



représentation d’un personnage féminin classique tenant des outils de jardinage

Allégorie symbolisant l’agriculture qui figure au verso du billet de 1 dollar de la Banque du Canada (série de 1935).


La représentation de femmes importantes sur des monnaies nationales est de plus en plus courante partout dans le monde. À l’heure actuelle, au moins douze pays mettent à l’honneur des femmes ayant marqué l’histoire sur leur monnaie : la Syrie, les Philippines, la Corée du Sud, l’Ukraine, la Turquie, le Mexique, l’Argentine, la Nouvelle-Zélande, Israël, la Suède, l’Australie et le Royaume-Uni. Toute une gamme de personnalités anciennes et contemporaines y passe : des artistes et écrivaines aux dirigeantes et activistes. En Australie et en Suède, les hommes et les femmes figurent à parts égales sur les billets de banque. Si l’on compte la reine actuelle, en Australie, la balance penche alors du côté des femmes. En Norvège, par contre, hommes et femmes brillent par leur absence sur les nouveaux billets proposés.


billet de banque orné d’un navire viking

Concept récent pour un nouveau billet de banque norvégien. Aucune personne ne figurera sur cette série.
© Norges Bank



portrait d’une femme du 19e siècle

Mary Reibey, une femme d’affaires prospère du début du 19e siècle, orne le billet australien de 20 dollars.
© Reserve Bank of Australia


Le Trésor américain a aussi annoncé, l’an dernier, qu’une femme figurera sur son billet de 10 dollars (émission en 2020) et qu’il mènera une consultation publique au sujet de la conception du billet. Comme au Canada, on manifeste aux États-Unis un grand intérêt pour la représentation d’une femme sur la monnaie nationale. Mais dans ce pays, on exerce également de fortes pressions pour que l’effigie orne spécifiquement le billet de 20 dollars, en lieu et place d’Andrew Jackson, une figure historique peu populaire. Toutefois, cet espoir s’est envolé lorsqu’on a annoncé qu’Alexander Hamilton, le premier secrétaire du Trésor américain, allait céder sa place sur le billet de 10 dollars. Hamilton fera toujours partie intégrante de l’image du billet, mais on n’a pas décidé la manière dont il sera représenté.

Alors, comment fait-on pour proposer le nom d’une Canadienne éminente? Soit vous cliquez ici, soit vous vous rendez sur le site Web de la Banque du Canada et suivez les instructions.

image illustrant les yeux d’une femme et un point d'interrogation

Image conçue par la Banque du Canada pour promouvoir la consultation publique « Une Canadienne sur un BILLET ».

Bien entendu, les candidates proposées doivent répondre à un certain nombre de critères. Cela va sans dire, elles doivent être Canadiennes, mais aussi être décédées depuis au moins 25 ans. Navré d’apprendre aux admirateurs de Céline Dion et de Pamela Anderson qu’ils devront attendre! Je sais que ça semble ridicule, mais il ne doit pas s’agir de personnages de fiction. Nous avons beau aimer Anne Shirley et Bobinette, elles ne sont pas réelles… et l’une d’elles est une marionnette. Les marionnettes ne seront certainement pas prises en compte.

image représentant des dizaines de noms de Canadiennes d’importance historique

Petit échantillon des milliers de Canadiennes susceptibles de figurer sur le billet.

Il doit s’agir de femmes qui, « par leur leadership, leurs réalisations ou leurs qualités remarquables, ont œuvré pour les Canadiens dans un domaine particulier ou se sont illustrées au service du pays ». Écrivaines, actrices, inventrices, dirigeantes, athlètes, activistes, journalistes, artistes, diplomates, votre avant-gardiste grand-tante Sophie… qui qu’elle soit, suggérez son nom! Jusqu’à présent, le nombre de propositions est phénoménal. Pour voir la liste des candidates, mise à jour régulièrement, et obtenir des renseignements sur le processus décisionnel, visitez le site Web de la Banque du Canada.

Ne tardez pas à participer; vous avez jusqu’à la fin de la semaine pour le faire. Et n’oubliez pas : pas de marionnettes!