Dans les coulisses de notre nouvelle exposition temporaire

Juin. Le splendide passage du printemps à l’été. Les douces nuits chargées d’étoiles. Le chant matinal des oiseaux. Vous vous dites peut-être : « Ah, voici venu le temps de l’année où le Musée de la Banque du Canada inaugure une nouvelle exposition temporaire au Musée canadien de l’histoire ».

Certes, vous auriez raison, mais une telle pensée serait quelque peu étrange…

Comme je l’ai indiqué dans notre billet sur l’exposition 1867 – Rébellion et Confédération, présentée au Musée canadien de l’histoire, notre prochaine exposition temporaire porte sur ce qu’on appelle les « banques fantômes ». Il n’est nullement question de surnaturel ici, mais bien des viles activités de filous qui imprimaient des billets portant le nom de banques fictives. Avant la création de la Banque du Canada, les banques canadiennes émettaient la majorité des billets et elles étaient censées conserver suffisamment de pièces d’or et d’argent dans leur chambre forte pour conférer une valeur intrinsèque à la plupart de ces coupures. Or, en 1837, l’effondrement des marchés de l’immobilier et de l’exportation américains, conjugué à une pénurie d’espèces dans les banques de l’Est, a provoqué un chaos économique des deux côtés de la frontière. Les banques ont cessé d’émettre des pièces de monnaie en échange de billets et le papier-monnaie est devenu l’instrument d’échange par excellence sur les marchés – une conjoncture idéale pour mettre en circulation de faux billets de banque, destinés à berner une population mal informée et avide d’espèces.

Bande dessinée

E.W. Clay a illustré les effets de la crise financière de 1837 sur la classe ouvrière. Le président Jackson, à qui il en impute la responsabilité, est représenté par le chapeau et les lunettes dans le ciel.

Pour illustrer le thème des banques fantômes, nous avons notamment créé plusieurs tableaux photographiques qui racontent l’histoire de l’une d’elles : la Banque d’Ottawa. En échange de pointes de pizza et d’une journée à l’extérieur du bureau, une demi-douzaine d’employés de la Banque du Canada ont accepté de revêtir des costumes d’époque et de faire revivre trois moments clés de l’histoire de cette « banque » indigne de confiance. Les photos ont été prises à Upper Canada Village, qui nous a gracieusement fourni l’accès à son site ainsi que des costumes. Le Musée Bytown nous a également prêté plusieurs habits d’époque, dont l’un allait à ravir au plus petit de nos escrocs qui, pour la première fois depuis des décennies, a eu besoin d’aide pour enfiler son pantalon, lequel comportait tout un assortiment de boutons.

Homme en costume

Ajustement du cache-col d’un banquier fantôme.

Pantalon

La mauvaise façon de boutonner son pantalon à pont du début du 19e siècle.

Trois hommes

Les criminels de l’époque étaient mieux habillés… et bien plus beaux!

Les scènes ne pouvaient pas être photographiées en une seule prise. Afin de créer une image panoramique et un fichier numérique suffisamment volumineux, l’assemblage de plusieurs photographies a été nécessaire. Pour chaque scène, le photographe prenait un cliché, faisait pivoter son appareil sur un axe horizontal, puis appuyait de nouveau sur le déclencheur, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la scène entière ait été balayée (soit de trois à six prises par tableau). Pour les besoins de la cause, les figurants devaient rester immobiles pendant de longs moments, tâche que la brise de mars qui s’infiltrait par la porte ouverte n’a pas facilitée. Un logiciel d’assemblage panoramique a plus tard été utilisé pour que les clichés s’intègrent parfaitement les uns aux autres. Des éléments d’époque, des tons sépia et, dans un cas, un mur complet de bardeaux ont été ajoutés numériquement afin d’accentuer le caractère authentique des images. Les résultats sont stupéfiants.

Liasses de faux billets

Reproduire de faux billets de banque vieux de 180 ans est-il un acte de contrefaçon? Accessoires du premier tableau.

Imprimerie

L’imprimerie à Upper Canada Village, emplacement du deuxième tableau.

Deux hommes

Deux de nos acteurs se tiennent immobiles pendant la première des quatre prises de la scène 3.

Ces images ont été incorporées dans une seule et même photographie « lenticulaire » qui fait presque toute la largeur de l’expovitrine et en constitue l’arrière-plan. Vous vous rappelez ces vieilles cartes postales dont l’image changeait lorsqu’on les inclinait, donnant l’impression que le chat qui y figurait poursuivait un papillon? Il s’agissait de photos lenticulaires. La différence, c’est que la nôtre mesure deux mètres et demi de long sur un mètre de haut et intègre trois images qui changent selon l’angle de vue des visiteurs. Génial, n’est-ce pas? (Sans les chatons, par contre, qui n’auraient pas su rester tranquilles.)

Image panoramique

Cinq images du premier tableau, assemblées sommairement pour n’en former qu’une.

Image panoramique

Le premier tableau, produit à l’aide d’un logiciel d’assemblage panoramique et retouché par notre graphiste.

L’exposition, qui promet d’être fort amusante, comporte naturellement de nombreux artéfacts, dont des billets authentiques et frauduleux, des documents, une plaque d’impression, des pièces de monnaie et des jetons. Une arnaque presque parfaite! Les banques fantômes canadiennes est maintenant à l’affiche… et comporte une enseigne peinte à la main de treize pieds de long!

Musée canadien de l’histoire, niveau inférieur, près de la galerie de la collection de timbres du Canada.

Vieux billet de banque

Un faux billet de cinq dollars de la Banque d’Ottawa. L’exposition réunira de nombreux autres billets frauduleux. (CNM 1975,55,5)

Livrets

Guides sur les banques solvables et les banques fictives.