Un avant-goût de l’exposition La gravure : un art à découvrir

L’action, la vraie, se passe toujours au moment de la conception d’une exposition. On a beau avoir de magnifiques objets et des textes fabuleux sous la main, personne ne se donnera la peine d’aller voir l’exposition si elle ressemble à une expo-science d’élèves du secondaire (à moins bien sûr qu’elle ne présente un volcan en éruption). Dans ce cas-ci, nous avons fait intervenir notre concepteur à l’étape de conception préliminaire tandis que nous cherchions à définir les différentes zones thématiques de l’exposition. Nous avons ensuite réalisé quelques croquis avant de commencer notre remue-méninges sur les aspects matériels proprement dits.

Diagramme composé de cercles et de carrés

Inutile à ce stade de pinailler sur les détails. Nous convoitions certes une voiture luxueuse, mais savions bien qu’au final, nous allions hériter d’une très belle berline familiale. Affranchies des tracasseries budgétaires (et dans une certaine mesure, de la réalité), des idées grandioses ont jailli. Des schémas incompréhensibles ont noirci les tableaux blancs, puis très vite, notre concepteur a trouvé son angle d’attaque et a pu se retirer pour réfléchir à l’agencement de l’exposition.

Et il s’est bel et bien retiré, mais dans sa grotte où personne ne viendrait le déranger pour discuter du dernier épisode de True Blood ou lui demander de rétablir une connexion réseau. Quelques jours plus tard, il est ressorti avec sa petite idée sur l’agencement de l’exposition. Fait étonnant, peu de choses ont changé depuis (en attendant que les contraintes budgétaires nous obligent à retirer les cadres en platine bordés de fourrure sur les panneaux verticaux). Quel sera donc le résultat? Eh bien, notre concepteur s’est inspiré des billets de banque et des timbres, ainsi que des outils et plaques de gravure. La typographie et les détails graphiques se rapprochent de ceux des billets de banque, tandis que l’apparence des panneaux rappelle les plaques d’impression et le bois foncé d’un plan de travail.

On retrouve deux présentoirs principaux dans cette exposition. Les panneaux verticaux comptent trois cloisons qui peuvent être agencées en demi-lune ou en tour triangulaire. Quant aux petites stations complémentaires, elles sont aménagées avec des meubles bas qui rappellent les anciennes tables à dessin. Ces espaces présenteront non seulement des éléments et étiquettes en 2D, mais aussi, dispersés çà et là, des outils à graver et d’autres accessoires. En plus de vignettes explicatives, les panneaux verticaux intégreront des éléments en 3D comme des billets de banque ou des timbres sous cadre, ainsi que des coffres en acrylique de différentes tailles qui accueilleront un petit assortiment d’objets. Voyez plutôt!

Cette exposition proposera également plusieurs supports interactifs sur écran tactile, dont je parlerai plus en détail dans le prochain épisode de la série « Planifier une exposition : toute une aventure ».