L’art de reconstituer des plaques d’impression brisées

« Coller » des plaques en métal? On penserait qu’il faut plutôt souder les pièces cassées d’un objet en métal pour le restaurer. Pas forcément. Des plaques d’impression endommagées ont été reconstituées à l’aide de colle – une colle spéciale qui n’a rien à voir avec la colle blanche.

Une mine d’artéfacts

Après la publication d’un billet de blogue sur la restauration d’une presse d’imprimerie du XIXe siècle, il semblait tout naturel d’écrire un billet sur la restauration de plaques d’impression qui pourraient fort bien avoir été utilisées avec cette presse. En mai 2013, le Musée a acquis auprès de la BA International Inc., autrefois la British American Bank Note Company, plus de 650 plaques d’acier gravées – des plaques d’impression – pour la Collection nationale de monnaies. (Apprenez-en plus sur cette acquisition.)

enveloppe avec une gravure imprimée sur une étiquette

Les plaques d’impression se trouvaient dans des enveloppes sur lesquelles une épreuve de chacune des plaques avait été collée. Il était impossible de connaître l’état des plaques. Plaque d’impression, British American Banknote Co., Canada, 1905

Avant d’entreposer les plaques, nous devions en évaluer l’état, les nettoyer et enlever les étiquettes. Nous avons donc nettoyé toutes les plaques avec une essence minérale et des cotons-tiges doux pour retirer la substance foncée et graisseuse qui témoignait de leur utilisation pour l’impression de produits fiduciaires. Durant le nettoyage, nous avons constaté que huit plaques étaient fendues en deux, probablement le résultat des activités d’impression passées. À la suite d’un examen approfondi, nous avons décidé de les réparer.

plaque d’impression fendue en deux

Cette gravure d’une des premières armoiries de la Ville d’Ottawa représente les travailleurs côtoyant le gouvernement. Plaque d’impression, British American Banknote Co., Canada, 1875

plaque d’impression fendue en deux

Avant le traitement, la plaque présente une cassure nette. Plaque d’impression, British American Banknote Co., Canada, 1873

La conservation des plaques

La conservation d’artéfact est une intervention non invasive qui vise à réduire au minimum et à prévenir toute détérioration ou tout dommage futurs. La restauration d’artéfacts a le même objectif, mais comprend une étape de traitement supplémentaire, comme le nettoyage ou la réparation.

Dans le domaine de la restauration, il est possible de reconstituer les objets métalliques cassés à l’aide d’une substance adhésive plus couramment utilisée pour réparer le verre et la céramique. Cette substance, nommée HXTAL, est une résine époxyde à deux composants qui, lorsqu’ils se mélangent, provoquent une réaction chimique, puis durcissent. Elle fonctionne bien avec des matériaux denses, car elle crée des liens solides, en plus de ne pas se dilater ni de se décolorer au fil du temps.

bouteilles de colle époxyde

La résine HXTAL est appelée « hextal » par les restaurateurs. Contrairement à la colle époxy à deux composants qui est vendue dans les quincailleries, la résine HXTAL est très liquide.

plaques métalliques maintenues avec des pinces en bois

Non, on n’a pas utilisé de ruban adhésif : les morceaux ont simplement été retenus ensemble le temps que la substance adhésive sèche.

Nous avons reconstitué chacune des plaques en fixant les morceaux avec de minces bandes de ruban à peinture. Nous les avons ensuite fait tenir à la verticale à l’aide de pinces, puis nous avons appliqué de petites gouttes de HXTAL le long de la fente avec l’extrémité d’un bâtonnet de bois. L’action capillaire a fait en sorte que la colle entre dans la fente. Le lendemain, nous avons enlevé la substance adhésive restante avec des écouvillons et des bâtonnets de bois légèrement imbibés d’acétone. C’est une étape importante, car après 24 heures, la résine devient trop dure pour qu’on l’enlève sans risquer d’endommager l’objet. Les plaques ont été laissées dans les pinces durant une semaine, jusqu’à ce que la substance adhésive soit bien sèche. La dernière étape a consisté à créer une monture sur mesure pour chacune d’elles afin qu’elles reposent sur un support adéquat à la réserve.

deux plaques d’impression

Les plaques sont maintenant réassemblées, mais ne pourront plus être utilisées pour imprimer.

C’est à la fois un honneur et un devoir de conserver des objets comme ces plaques puisqu’elles font partie de l’histoire de notre économie et de notre société ainsi que de nos traditions d’imprimerie qui remontent à près de 600 ans.