D’un support à l’autre

En ce jour anniversaire du lancement de la pièce de 2 $, survenu en 1996, découvrez sa raison d’être et la face cachée du billet de 2 $ canadien.

pièces et billets de 2 $ du Canada

Voici les tout derniers billets de 2 $ à avoir été imprimés et la pièce de 2 $ qui les a remplacés.

 

Un billet de mauvaise réputation?

billet canadien de deux dollars, fin du XIXe siècle

On aurait pu trouver ce billet en circulation peu après que le chemin de fer du Canadien Pacifique a ouvert la voie à la colonisation massive de l’Ouest. Les portraits ornant la coupure sont ceux du gouverneur général et de son épouse, le marquis et la marquise de Lansdowne. 2 dollars, Dominion du Canada, 1887 NCC 1964.88.875

 

On trouvait déjà des coupures de deux dollars au Canada bien avant la Confédération. Cependant, elles étaient relativement peu communes dans l’Ouest. Et pour cause! Le bruit y courait qu’elles servaient à l’un des commerces, disons, les moins reluisants de l’époque de la colonisation, à savoir la prostitution. Même si cette association n’était que pure rumeur, le billet de deux dollars n’était vraiment pas populaire dans l’Ouest.

pièce de 2 $ canadienne de 1996

C’est au talentueux artiste-naturaliste Brent Townsend que nous devons la création de l’ours polaire qui figure sur notre pièce de 2 $ depuis 1996. 2 dollars, Canada, 1996, NCC 1996.31.40.1

 

Toutefois, son remplacement par une pièce de monnaie, en 1996, n’a rien à voir avec l’idée que les habitants de l’Ouest auraient pu se faire de ce billet, somme toute innocent.

En fait, c’est une décision économique qui a prévalu, en l’espèce une mesure de réduction des coûts. Le billet de papier était loin d’être aussi résistant à l’usure quotidienne qu’une pièce peut l’être. En effet, un billet de 2 $ durait environ un an, alors que la durée de vie d’une pièce dépasse dix ans. Même un billet en polymère ne peut durer aussi longtemps. Évidemment, la frappe de pièces de monnaie coûte beaucoup plus cher que l’impression de billets de banque. Mais sachant qu’on aurait dû imprimer dix billets pour chaque pièce, on comprend que la frappe de monnaie est apparue comme l’option la plus rentable. Les faits l’ont d’ailleurs prouvé par la suite.

 

 

 

 

 

billet canadien de 2 $, recto, 1986

Les concepteurs de cette série espéraient que les nouvelles machines seraient incapables d’en reproduire les caractéristiques et, donc, que les défauts des billets contrefaits seraient évidents. 2 dollars, Canada, 1986, NCC 1986.42.3

 

Les billets et les parcomètres font deux

Si une partie des Canadiens étaient enchantés de voir disparaître les anciens billets papier de 2 $, la nouvelle pièce a d’abord été reçue avec une certaine réticence. Il y avait même des rumeurs voulant que la partie centrale puisse se détacher. C’était faux, et les Canadiens se sont vite adaptés à la nouvelle pièce de monnaie puisqu’elle est commode à utiliser dans les distributrices et les parcomètres.

En fin de compte, elle a été si bien acceptée que la Monnaie royale canadienne a dû en augmenter la production. Durant la seule première année, quelque 325 millions de pièces de 2 $ ont été frappées. Si vous examinez de temps en temps votre petite monnaie, il y a de grandes chances que vous y trouviez des pièces de 2 $ datant de la première frappe, en 1996. Depuis, la production annuelle varie entre 10 et 30 millions d’exemplaires.

billet de 2 $ canadien et ses deux merles d’Amérique, 1986

Les oiseaux ornant les billets de cette série sont une œuvre originale du célèbre artiste-naturaliste John Crosby, qui est surtout connu pour avoir illustré le livre Les oiseaux du Canada, de W. Earl Godfrey. 2 dollars, Canada, 1986, NCC 1986.42.3

billet de 2 $ canadien, verso, 1974

Si vous trouvez un billet de 2 $ de la série Scènes du Canada dans votre portefeuille, gardez-le précieusement. Au début des années 1970, le maître graveur C. Gordon Yorke a créé cette illustration de chasse à Pond Inlet, au Nunavut, à partir d’une photographie de Doug Wilkinson. 2 dollars, Canada, 1974, NCC 1975.185.1

 

La petite histoire du surnom anglais Toonie

Comme la popularité de la pièce de deux dollars grandissait, les Canadiens l’ont surnommée affectueusement le « toonie » en anglais. Pour ceux qui ne connaissent pas l’origine de ce surnom, voici brièvement son histoire. La pièce de 1 $ canadienne qui est ornée d’un huard (soit « loon », en anglais) a rapidement reçu le surnom de « loonie ». Cette fois-ci, au lieu de s’inspirer de l’animal illustrant la pièce (l’ours polaire), les Canadiens ont plutôt opté pour le mot « toonie », soit une contraction de two loonies (deux pièces de 1 $). Les surnoms « bearie » (du mot anglais bear pour ours) et « doubloonie » ont été proposés, mais c’est toonie qui est finalement passé dans l’usage.

 En 2006, la Monnaie royale canadienne a lancé un concours pour trouver un nom à l’ours figurant sur la pièce de 2 $. Les noms Wilbert et Plouf étaient populaires, mais c’est Churchill qui a été choisi, en clin d’œil à la ville du Manitoba connue pour l’observation des ours.