Cette série se distingue par ses couleurs particulières. Exception faite de la coupure de 50 $, désormais rouge vif, tous les billets ont conservé leur teinte dominante traditionnelle. Cependant, ils ont été rehaussés de dégradés et de différentes nuances, ce qui explique le surnom de « série multicolore » que lui ont donné des employés de la Banque. Près des bordures, on remarque des motifs géométriques que l’on croirait presque en mouvement. Il s’agit d’une évolution des « guillochis », ces dessins réalisés à la machine, semblables à ceux produits à l’aide du Spirographe et dont on ornait anciennement les billets. En plus d’être jolis, ils servaient aussi d’éléments de sécurité : ils rendaient la contrefaçon extrêmement difficile.

Le ministre des Finances de l’époque, Edgar Benson, avait décrété que la plupart des coupures de la série devraient mettre en vedette des premiers ministres du Canada, ce qui a donné le ton aux émissions ultérieures. Au verso des billets, plutôt que de représenter de grands espaces et des contrées sauvages, on a décidé de montrer des paysages façonnés par l’homme, tant au moyen de méthodes ancestrales que de procédés industriels. Cependant, c’est la coupure de 50 $, lancée une dizaine d’années après la conception de la série, qui est restée gravée dans la mémoire de bien des gens. Sa vignette, une illustration du Carrousel de la GRC, se démarque du fait qu’elle ne constitue pas un paysage et qu’elle présente toute une palette de couleurs réalistes. Les teintes superposées d’une incroyable richesse de cette image emblématique du Canada n’auraient jamais pu être réalisées à un coût raisonnable sans le recours à la lithographie. Il s’agit du tout premier billet canadien dont une face complète a été imprimée à l’aide de ce procédé. Cette coupure forme un pont entre le passé et l’avenir : chaque série subséquente ferait de moins en moins appel à la gravure, et de plus en plus à la lithographie.