Les hansatsu japonais : une « monnaie-signet »

Souvent qualifiés de « monnaie-signet » en raison de leur forme étroite et allongée, les hansatsu japonais figurent parmi les monnaies les plus remarquables du monde. Ces billets tirent leur nom des fiefs (han) des seigneurs féodaux (daimyo) avides d’argent qui, lorsque leurs revenus s’amenuisaient, émettaient du papier-monnaie (satsu) au lieu de pièces de métal précieux.

Du XVIIe siècle, débuts du Shogunat des Tokugawa (régime militaire féodal), jusqu’au milieu du XIXe, des milliers de ces billets furent émis par des nobles, des villes, des groupes religieux, des compagnies et des marchands. Afin de promouvoir son propre système monétaire, le gouvernement central interdit l’émission des hansatsu en 1707. Confronté au risque de ruine des daimyo, le gouvernement dut donc revenir sur sa décision en 1730.

Les billets étaient ornés notamment d’images de la flore et de la faune locales, par exemple des chrysanthèmes et des cigognes. D’autres illustraient des vagues (nami) et des personnages mythiques, comme Daikoku, dieu de la richesse. On représentait ce dernier assis sur deux ballots de riz, l’une des premières monnaies d’échange au Japon. Les billets étaient émis en coupures correspondant à certaines quantités d’or (kin), d’argent (gin) ou de cuivre (do). Ils représentaient parfois même des produits aussi différents que le charbon ou les ombrelles.

Après la fin du régime militaire féodal et la restauration de la monarchie en 1867, la plupart des billets privés furent retirés de la circulation. Certains billets provenant de groupes plus solvables subirent une forte dévaluation, mais restèrent en circulation jusqu’à ce que les autorités fussent en mesure de fournir suffisamment de pièces de monnaie. Les billets émis par les autorités ne remplacèrent les derniers hansatsu qu’en 1879. Le premier papier-monnaie émis par le nouveau gouvernement en place ressemblait même aux hansatsu, mais fut remplacé plus tard par des billets dont la facture était résolument plus occidentale.

morceau de papier de forme allongée, idéogrammes japonais

Billet japonais du fief (han) Kanazawa, 50 mon, 1870. Le mon était une unité monétaire, le momme une unité de poids. (NCC 1966.131.050)

morceau de papier de forme allongée, idéogrammes japonais

Billet Dajokansatsu des autorités japonaises, 5 momme d’or, 1868. (NCC 1966.131.044)

morceau de papier de forme allongée, idéogrammes japonais

Billet japonais en papier pour des transactions de riz émis par le temple Mangan-ji, 1 momme d’argent, 1866. (NCC 1965.003.346)